• Pétition pour un mur de gloires à Saint-Etienne

    Pétition pour un mur de gloires à Saint-Etienne

    Monsieur le Maire, nous vous savons friand de citations. Vous ne savez pas prononcer un discours sans citer bidule ou machin. Ainsi lors de vos voeux, on avait eu droit à  Chamfort, Gogol et Saint-Exupéry. Et encore !  y en avait peut-être même d'autres ! On gagnerait vraiment à  vous connaître Monsieur le Maire ! C'est pourquoi nous espérons attirer votre attention avec celle-ci, de Charlie Baudelaire:  " Ces plaisanteries nerveuses ne sont pas sans péril, et on peut souvent les payer cher. Mais qu'importe l'éternité de la damnation à  qui a trouvé dans une seconde l'infini de la jouissance ?"

    Monsieur le Maire, et quitte à  nous répéter,  notre
    Comité pour un mur de gloires à  Saint-Etienne existe depuis près de dix ans ! Et rien ! Pas même un petit droit de réponse qui aurait permis de nous faire valoir. Nous avions pourtant applaudi avec votre prédécesseur au retour de "Planet foot", près de la nouvelle Comédie. Nous apprenions à  cette occasion que c'est un Stéphanois qui a dessiné le logo d'Action Directe ! Et en 2009, nous avons fêté, nous aussi, derrière Sarkozy cette fois, l'art graffiti berlinois.
     
    Notre pétition, lancée en 2007: Lire la suite
  • Au Château des Bruneaux

    Au Château des Bruneaux

    D'après La Tour-Varan, l'origine du mot Brunaux (ainsi orthographié) serait à  rechercher dans la langue celtique et le grec. Le nom renverrait à  une fontaine qui "coule" ou "des Fées". Le 24 juillet 1753, Anne-Marie Anselmet, seule héritière de la maison des Anselmet des Bruneaux, épousait Jean-Baptiste Michel de Charpin, comte de Feugerolles et marquis de La Rivière. Cette union fut célébrée un siècle après que Gabriel Anselmet eut reçu ses lettres de noblesse du roi, en récompense pour sa bravoure sur les champs de bataille. Jean-Antoine de La Tour-Varan descendait aussi de cette famille. La demeure passa donc aux Charpin - une famille beaucoup plus ancienne que les Anselmet. Ils transformèrent l'ancienne maison forte et restèrent propriétaires du château jusqu'en 1896.
    Lire la suite
  • Mémoires d'immigrés à  Saint-Chamond

    Mémoires d'immigrés à  Saint-Chamond

    Mémoires d'une ville industrielle

    En France, la première guerre mondiale a marqué les débuts d'une politique publique de l'immigration : pour combler les vides causés par la mobilisation, et dans le cadre d'un effort de guerre important, les pouvoirs publics doivent faire appel à  de la main d'oeuvre étrangère et en provenance des colonies. La « main d'oeuvre coloniale » doit permettre aux industries liées à  la Défense nationale de fonctionner à  plein régime. C'est d'ailleurs le Ministère de la Guerre, dont la Direction des troupes coloniales est dotée d'un « Service de l'organisation des travailleurs coloniaux en France » qui recrute les travailleurs indigènes et les encadre. A Saint-Chamond, la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine, dont l'activité principale est l'armement, se voit ainsi attribuer un détachement de travailleurs kabyles. Lire la suite
  • PUB !

    PUB !

    Un florilège de nos plus anciens partenaires. Rejoignez-les !
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
     
     
     
     
     
  • Au pays du Soleil-Levant

    Au pays du Soleil-Levant

    En 1858 un traité d'amitié et de commerce était signé entre la France et le Japon, officialisant l'ouverture des relations diplomatiques entre les deux pays. La lecture d'un article publié le 29 mars sur lefigaro.fr nous apprend que l'archipel a accueilli 28,7 millions de visiteurs étrangers en 2017. « Un bond de 500 % depuis l'année 2000 » mais avec un contingent français de l'ordre d'à peine 1%, en progression de 17,5% toutefois depuis 2012. D'où le lancement d'une opération de promotion de l'Office national du tourisme japonais vis à vis de la clientèle hexagonale.

    Les photos que nous publions ici ont été prises en 2014 par notre ami « Pop », voyageur et photographe baldomérien qui a déjà plusieurs fois collaboré à notre portail. Elles ont été prises à Nara, célèbre pour son Todai-ji, temple bouddhique qui abrite une statue colossale (daibutsu) de Bouddha ; à Kamukara, lieu de recueillement et de grande zénitude, à Tokyo, dans les jardins du palais impérial, dans les quartiers de Senso-ji et Shinjuku, depuis la Tokyo Skytree et dans le métro.

    Lire la suite
  • Petite introduction au patois en Forez

    Petite introduction au patois en Forez

    Nyvosse est l' animateur du site internet " Patois occitan en Forez ". Cet article emprunte  à d'autres sources.

    Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5