Saturday, June 19, 2021

La situation épidémiologique s’améliore dans le département avec une tendance à la baisse qui se confirme. A ce jour, le taux d’incidence est de 187,5/100 000, et le taux de positivité est de 6,7 %. 456 personnes sont toujours hospitalisées et 70 se trouvent en service de réanimation.

Catherine Séguin, préfète, a pris hier un arrêté portant diverses mesures visant à freiner la propagation du virus dans le cadre de la stratégie de réouverture des établissements recevant du public et des activités regroupant du public. Elles s'appliquent jusqu’au mardi 8 juin 2021 inclus.

Concernant le port du masque de protection, celui-ci reste obligatoire dans l’espace public pour toute personne de 11 ans et plus qui accède ou demeure sur le territoire des 53 communes de Saint-Étienne Métropole ainsi que dans l’ensemble des communes de plus de 2 000 habitants. Pour les autres communes du département, le port du masque est obligatoire pour toute personne de 11 ans et plus, dans les marchés, sur la voie publique dans un rayon de 50 mètres aux abords des parkings des gares et arrêts de transports en commun et de tous les établissements recevant du public. Le port du masque est également obligatoire pour les enfants de 6 ans ou plus dans le cadre scolaire et fortement recommandé en dehors. Cette mesure ne s’applique pas aux personnes en situation de handicap munie d’un certificat médical, aux personnes exerçant une activité physique individuelle, au titre de la course à pied ou du vélo, aux sportifs de haut niveau dans le cadre de leur activité professionnelle, aux personnes circulant sur les chemins de randonnées à l’exception des zones habitées ou urbanisées.

L'association stéphanoise Triangle Rose, association de défense des droits des personnes LGBT+, organise un « die'in », place Jean-Jaurès, lundi 17 mai à 18h. Il s'agit d' une forme de manifestation dans laquelle les participants simulent la mort. Le 17 mai est la Journée internationale de lutte contre les LGBTQI+phobies. Dans un communiqué, l'association explique vouloir dénoncer les agressions « toujours plus nombreuses que subissent les personnes LGBTQI+ dans la Loire, en France et dans le monde", précisant qu'il est « essentiel de ne pas banaliser, sous prétexte de jeu ou d’humour, ces comportements". SOS homophobie, association nationale de lutte contre la lesbophobie, la gayphobie, la biphobie et la transphobie, relève pour 2020 une augmentation de ces actes de 26 % par rapport aux données de 2018. « Ce chiffre, précise-t-elle, est le deuxième plus élevé depuis la création de l’association derrière celui de 2013, année des débats et manifestations qui ont accompagné l’ouverture du mariage aux couples de même sexe ».

Le triangle rose était dans l'univers concentrationnaire nazi le symbole que devait arborer les détenus homosexuels masculins.
> Lire à ce sujet : les oublié(e)s de la mémoire (2010)

A compter du 1er juin, les jeunes de moins de 26 ans (qu’ils soient écoliers, collégiens, lycéens, étudiants ou jeunes actifs), les retraités de plus de 60 ans, les personnes handicapées détentrices de la carte CMI, les demandeurs d'emploi et les bénéficiaires de la CMU pourront bénéfier d'un abonnement à 10 euros/mois pour circuler sur l'ensemble du réseau des transports en commun de Saint-Etienne Métropole. Il s'agit d'une offre illimitée et sans engagement. S’ils le souhaitent, les bénéficiaires pourront opter pour un abonnement annuel à 110 euros (9,17 euros/mois pendant 12 mois). « Ce sont plus de 40 000 abonnés mensuels et annuels actuels du réseau STAS qui bénéficieront de ces tarifs avantageux », selon la Stas et la Métropole.

Né à Saint-Etienne en 1938 au sein d'une famille de militants communistes, Paul Chomat a adhéré au PCF en 1956. Instituteur de profession et militant au sein du Syndicat national des instituteurs, il fut élu conseiller général de 1976 à 1994 (canton Nord-Est 2). Elu sur la liste de Joseph Sanguedolce aux municipales de 1977, il fut son premier adjoint. Il se chargea tout particulièrement de l'organisation des transports (prolongement du tram jusqu'à Solaure, réalisation de la gare de Carnot...). Quatre ans plus tard, il était élu député de Saint-Etienne Nord. Il avait été réélu en 1986.