Tuesday, December 07, 2021

Place Jean-Jaurès à Saint-Etienne, entre le kiosque à musique et la préfecture, le monument en hommage à l'artiste José Frappa (Saint-Etienne, 1854 – Paris, 1904) a fait l'objet d'une restauration. José Frappa fut notamment peintre et sculpteur. Il rencontra un premier succès avec son tableau La Main chaude en 1876. Il a réalisé aussi dans les années 1880 un tableau intitulé Mineur stéphanois revenant du travail (Michel Rondet) conservé au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Etienne. Il fut l'un des fondateurs de la Société amicale des Foréziens de Paris. Le monument réalisé par Georges Bareau fut inauguré le 17 mars 1912 sous la municipalité Neyret.

Lire aussi : les frères pêcheurs (2016)

Photos FI: avant/après

Ce dessin réalisé au lavis d'encre avec rehaut de gouache sur papier mesure 3,6 mètres de longueur et 0,96 mètre de hauteur. Il représente une vue panoramique de la Manufacture française d'armes et cycles de Saint-Étienne (future Manufrance). Il a été réalisé entre 1910 et 1914 par l'entreprise autrichienne Weeser-Krell, spécialisée dans les représentations d'usines et dont le fondateur, Jakob Weeser-Krell (1843-1903), indique la Ville, avait perfectionné une méthode de développement des vues aériennes en utilisant la projection centrale. Ce qui a fait, dès 1896, sa réussite. Et de préciser : « Étienne Mimard (1862-1944) et Pierre Blachon (1856-1914), fondateurs de la Manufacture française d'Armes et de Cycles de Saint-Étienne, commandent cette vue auprès de la maison de dessinateurs la plus réputée sur la place européenne. Cela s'inscrit dans leur stratégie commerciale qui vise à diffuser l'image d'une manufacture considérée alors comme une usine modèle. Ce dessin a, par exemple, été décliné en gravure pour servir d'en-tête d'entreprise sur leurs papiers commerciaux ».

Cette œuvre rejoindra l' exposition permanente du musée.

Illustration : Musée d'art et d'industrie – Hubert Genouilhac

Une « cantine participative » devrait ouvrir en janvier à Saint-Étienne au pied des marches du Crêt-de-Roc. A ce jour 89 contributeurs à un financement participatif ont déjà permis de récolter 66 % du montant nécessaire à ce projet (6000 euros) soutenu, concernant les travaux de mise aux normes, par Rues du développement durable, la fondation Abbé Pierre et Saint-Étienne Métropole. La collecte en ligne est destinée, quant à elle, à réaliser les aménagements finaux du local et à équiper la cantine. Celle-ci se voudrait « un lieu d’accueil ouvert à tout le monde, un lieu de vie où l’on se rencontre et échange afin de retrouver des liens de proximité entre habitants », les repas à prix libre étant préparés collectivement à partir de produits bio et locaux.

Dans un courrier en date du 22 octobre, adressé aux membres de la communauté éducative (recteur de l'Académie de Lyon, inspecteur académique, etc.) et aux élus locaux, des parents d'élèves de l'école maternelle Cousteau, à Roche-la-Molière, s'insurgent contre le projet de la municipalité d'installer une entreprise dans le deuxième étage de l'établissement. Il s'agit de la société Cap services qui investirait les locaux le 8 novembre. Les parents d'élèves dénoncent « une telle proximité au sein même d’une école » qui leur paraît « plus que choquante avec un risque de cohabitation difficile ». Ils écrivent : « En tant que parents, nous sommes inquiets quant à la sécurité de nos enfants et au danger que représente l’arrivée de personnes (entre 150 et 200) totalement extérieures à la communauté éducative, qui plus est dans un contexte de plan Vigipirate renforcé et de crise sanitaire toujours persistante ». Ils ont lancé une pétition en ligne contre ce projet qu'ils jugent « incongru » et qui a recueilli à ce jour 263 signatures.