Friday, June 05, 2020

La société Alyce Sofreco avait été chargée de mener, de janvier à  avril 2010, cette grande étude d'intérêt général. Elle a coûté 852 000 euros et a été financée par les collectivités et l'Etat.

Pilotée par la Communauté d'agglomération de Saint-Etienne Métropole et répondant au "standard Certu" (Centre d'études sur les Réseaux, les Transports, l'Urbanisme et les constructions publiques) elle propose une technique spécifique de recueil des données pour assurer la fiabilité des résultats. L'objectif: cerner au plus près la structure des déplacements des ménages, en fonction de leur caractéristiques, leurs habitudes, l' évolution depuis la précédente enquête, qui date de 2001. Et à  partir d'éléments suffisamment significatifs pouvoir comparer leurs comportements avec ceux d'autres territoires; étudier les améliorations à  apporter en matière d'offre, etc. Bref, établir un diagnostic et adapter les politiques publiques en matière de transports collectifs par exemple... Pour ce faire, près de 200 personnes ont été recrutées et formées, rémunérées à  l'enquête, qui ont sillonné le territoire de Saint-Etienne Métropole (SEM), le pays de Saint-Galmier, et pour la première fois dans son ensemble Loire-Forez ainsi que le territoire du Syndicat mixte Jeune Loire et ses rivière (Yssingelais en Haute-Loire). Soit 161 communes au total (588 000 habitants) dont 44 chez nos voisins altiligériens contre 83 il y a dix ans. L'enquête a été réalisée auprès de 4700 ménages (10 830 personnes).

Les premiers résultats, à  affiner, ont été dévoilés par Marc Petit et Jacques Frécenon, pour Saint-Etienne Métropole, Roger Vernet pour Loire Forez, Philippe Estingoy, Directeur Départemental des Territoires de la Loire, etc.

L'enquête recense 2 063 000 déplacements/jour effectués par les habitants du bassin de vie étudié. 96 % des déplacements effectués chaque jour sont internes au bassin de vie.

Dans le détail, les habitants de SEM effectuent 1 250 000 déplacements/jour ; ceux de Loire Forez 290 000/jours ; ceux du Pays de St-Galmier 155 000/jour et les habitants du Pays de la Jeune Loire 315 000. Les relations avec SEM représentent chaque jour 12 % des déplacements des habitants du secteur altiligérien quand 0,7 % des déplacements des habitant de SEM sont des échanges avec leur territoire.  

Chaque habitant effectue en moyenne 3,5 déplacements par jour soit 19 km en moyenne. Un habitant de SEM parcourt 15 km/jour en moyenne contre 28 pour les habitants des autres secteurs étudiés. Un déplacement sur 4 fait moins d'un km et 71% d'entre eux sont liés au domicile (domicile-travail, domicile-école, domicile-commerces...).

L'enquête révèle depuis 2006 une baisse de la mobilité qui résulte en fait d'une baisse sur Saint-Etienne Métropole. Dans le détail, elle augmente sur les autres secteurs.

La voiture reste prédominante. Elle est utilisée en moyenne pour 63 % des déplacements. Si l'on se réfère au périmètre étudié en 2001 (83 communes) on constate sur celui-ci, en une décennie, une progression de 3,3 points. La progression la plus forte concerne le pays de Saint-Galmier (+ 7,8 points) et les 10 communes de Loire Forez concernées par l'enquête de 2001 (+ 4,5 points et 1,78 voitures par ménage). En revanche, la part modale de la voiture baisse sur la proche Haute-Loire.

L'enquête relève que le secteur du Pays de Saint-Galmier est celui qui vit le moins sur lui-même puisque seulement 65 % des déplacements quotidiens sont internes.

Les habitants de SEM l'utilisent pour 56 % de leurs déplacements quand ceux des autres secteurs l'utilisent pour plus de 70 %. A Saint-Etienne, 44 % des déplacements sont effectués en voiture et 15 % par les transports en commun.

Dans les autres secteurs, leur utilisation est comprise entre 3 et 7 %. Le tramway à  lui seul représente 3 % des déplacements. Le nombre moyen de déplacements en tram a augmenté de 3 % entre 2001 et 2010 en raison notamment de la création entre temps d'une seconde ligne.

La part vélo diminue mais les données ne tiennent pas compte de "l'effet vélivert" sur Saint-Etienne Métropole.

L'utilisation du train progresse quant à  elle de 24 %. Une tendance qui peut s'expliquer par les investissements réalisés, l'électrification de la ligne Saint-Etienne-Firminy, le cadencement des TER, les nouvelles générations de trains mis en service, et que la mise en service du futur quai de la Part-Dieu devrait accentuer.

La part de la marche à  pied, si elle baisse légèrement, reste élevée et concerne un déplacement sur quatre.