Saturday, October 31, 2020

L'UFC-Que Choisir a établi un palmarès des cantines scolaires qui respectent les nouvelles normes de qualité nutritionnelle. L'enquête,dont on lira le détail sur internet, a été menée auprès de plus de 600 communes et établissements scolaires dont 439 écoles primaires, partant du principe que c'est à  ce stade que "la cantine se doit plus particulièrement d'être exemplaire du point de vue nutritionnel".

Dans la catégorie des collèges publics, le collège Gambetta (Saint-Etienne) est classé 2e au niveau national avec une note de 17,4. Peu d'établissements de la Loire sont notés dans l'enquête.

__

D'après l'association, le surpoids et l'obésité progressent en France depuis le début des années 1990, et touchent désormais 18 % des enfants. Or, un élève sur deux en primaire et deux lycéens et collégiens sur trois mangent dans les restaurants scolaires. D'où l'arrêté rendant obligatoire l'équilibre nutritionnel dans les cantines. Il a été signé il y a un an et demi mais il serait menacé d'après l'association de défense des consommateurs dont l'enquête était destinée à  vérifier si l'équilibre nutritionnel y est respecté et si une contrainte légale reste encore justifiée.

 

Au terme de son enquête, elle préconise notamment de ne pas abrogé l'arrêté car si une "progression spectaculaire des résultats au niveau de l'élémentaire" est constatée, l'enquête démontre aussi " que les objectifs réglementaires sont loin d'être atteints pour tous les restaurants scolaires, notamment ceux du secondaire ou du privé".

Globalement, trois critères sont bien respectés: les féculents et les légumes servis en accompagnement du plat, ainsi que les produits laitiers.

Par contre, l'enquête confirme une précédente analyse datée de 2007 et met en exergue " la substitution des viandes brutes (plus coûteuses) par des viandes transformées dans les menus proposés par les collèges".

" En effet les critères pour lesquels nous avons trouvés en moyenne les plus mauvais scores sont la « viande rouge non hachée », suivie par les fruits crus en dessert et le poisson en 3ème position. Or parmi ces trois critères, la viande et le poisson sont les deux aliments qui se trouvent être les plus chers. A l'inverse, concernant les critères maximaux définis pour les produits devant être consommés en quantités raisonnables, le dépassement le plus souvent constaté est celui des « plats principaux hachés ». Ceux-ci correspondent à  des produits bons marché qui viennent précisément en remplacement de la viande non hachée ou du poisson."

> Consulter les résultats de l'enquête

>> Analyse des menus du collège Gambetta et à  Saint-Chamond (élémentaire)