Wednesday, January 26, 2022

Ce magasin a fermé. Màj du 4 septembre 2012.

Difficile de passer devant sans le remarquer. Sa façade et son intérieur sont peints aux couleurs sang et argent. L'aigle blanc est partout dans la vitrine, sur toutes sortes d'objets souvenirs. Seuls les prix qui ne sont pas indiqués en zlotys nous rappellent que nous sommes bien en Europe.

Izabela Luczak est arrivée en Savoie il y a 7 ans. Cette jeune Polonaise diserte et volontaire a débuté serveuse dans un hôtel-restaurant trois étoiles, pour devenir responsable de réception et ensuite directrice de la restauration. Elle  a découvert Saint-Etienne en y accompagnant sa petite soeur qui intégrait les Beaux Arts. « Dès le jour de notre arrivée, explique-t-elle,  nous nous sommes rendues compte qu'il y avait ici beaucoup de Polonais. On a vu aussi un rayon de produits polonais dans un hypermarché. En Savoie, on n'avait jamais vu ça ! Donc, on s'est dit qu'il y avait ici un besoin. Et comme j'avais envie de créer quelque chose, je me suis dit pourquoi pas. »


Son joli magasin polonais (Sklep polski) est situé presqu'en face de la CCI, sur le Cours Fauriel. La Chambre de Commerce d'ailleurs l'a aidée à  monter son projet et l'accompagnera pendant quelques années. « Quand je suis arrivée en septembre 2007, je pensais ouvrir en un mois », dit-elle en riant. Elle a ouvert les portes de sa petite Pologne en 2009. Pour les refermer aussitôt pendant un jour pour fignoler quelques détails. Perfectionniste Izabella. Elle va acheter elle-même tous ses produits au pays, sauf la charcuterie et les produits frais qu'elle réceptionne à  Besançon. Pour nous, elle passe en revue les plus typiques, les plus recherchés: les concombres salés inconnus en France; la choucroute crue au goût légèrement acide; puis les pierogi, des raviolis farcis aux pommes de terre, oignons et fromage blanc; les poissons fumés, harengs au vinaigre, le jambon tzigane., les bières, les vodkas... « Ce qui se vend bien et qu'on ne trouve pas en France, c'est le Ptasie Mleczko, qu'on peut traduire par lait des oiseaux, une mousse de crème fraîche enrobée d'un chocolat fin ».

Si elle attire les clients français en mal d'exotisme, elle compte aussi beaucoup sur une clientèle âgée et nostalgique des saveurs de l'enfance. « Il y a un jeune homme de Saint-Etienne qui est venu. C'est sa grand-mère de Roche-la-Molière qui l'a appelé pour lui dire de venir ici ». Et voilà  qu'un client entre et demande à  la  gérante si elle vend on-ne-sait-quelle saucisse sèche, mi-sèche ou cuite, au choix, du fin fond d'on-ne-sait-quelle voïvodie... Bien sûr qu'elle en vend.

Et l'affabilité n'est pas forcée. Elle est aussi polonaise. Naturelle.

54, cours Fauriel à  Saint-Etienne

> Lire aussi notre article "Encyclo" consacré aux Polonais dans la Loire