« Lors du deuxième tour des élections législatives, les Français ont apporté une nette majorité à Emmanuel Macron. C’est une grande satisfaction, même si l’ampleur de la vague nationale qui était annoncée a été quelque peu atténuée par rapport aux prévisions. Dans la Loire, le succès est également au rendez-vous avec l’élection de 4 député(e)s sur 6 et les très bons scores de Magalie Viallon et David Kauffer. Je tiens à tous les féliciter pour leurs campagnes particulièrement dynamiques.

 

A Saint-Etienne, l’accord explicite conclu entre Jean-Luc Mélenchon et Régis Juanico sur les deux circonscriptions s’est avéré décisif pour ce dernier. Pour quelle perspective politique? Aucune, à mon sens, que ce soit derrière un nouveau parti créé par Benoit Hamon ou derrière Jean-Luc Mélenchon, attaché à être le seul représentant d’une gauche exclusivement protestataire.

Si les inquiétudes exprimées dans ces votes devront être prises en compte par l’exécutif, tous ceux qui veulent la réussite de notre pays, le renforcement de notre modèle social, le soutien à l’innovation économique et environnementale ont vocation à se rassembler dans « La République En Marche».

Maurice Vincent, sénateur

« Je remercie les Stéphanoises et les Stéphanois qui se sont déplacés pour ce 2ème tour des élections législatives.

Comme au plan national et départemental, la participation est décevante. Elle doit nous interroger sur les raisons de cette démobilisation de nos concitoyens, signe d'une démocratie qui ne se porte pas bien.

Les résultats de ce 2ème tour confirment les grandes tendances enregistrées au 1er tour. Je tiens à saluer mes amis Paul Salen et François Rochebloine qui sont battus ce soir mais qui ont toujours œuvré pour la Loire.

Je tiens à féliciter Dino Ciniéri dont le travail depuis de longues années est ce soir à nouveau reconnu. Nous continuerons à travailler toujours ensemble, comme nous l'avons fait par le passé, dans une confiance totale et dans l'intérêt de Saint-Étienne et de son agglomération.

Dans un esprit républicain, je tiens à féliciter tous les autres élus dont beaucoup découvriront le palais Bourbon pour la première fois.

Je sais qu'ils défendront eux aussi les intérêts de la Loire.

A Saint-Etienne, Jean-Michel Mis et Régis Juanico auront à cœur de travailler dans l'intérêt de la ville en soutenant les dossiers importants que je porte depuis 2014, pour le développement et le rayonnement de Saint-Étienne et de son agglomération, bientôt Métropole.

Sur un plan national, à titre personnel, je me réjouis de la brillante réélection de Bruno Le Maire dans l'Eure. Je sais pouvoir compter sur lui au gouvernement pour soutenir nos projets pour notre territoire qu'il connaît bien.

Désormais le président de la République dispose d'une large majorité pour mettre en œuvre le projet pour lequel les Françaises et les Français l'ont élu.

Confronté à une situation historique d'une rare gravité, il porte la responsabilité de conduire le redressement de la France et sa modernisation tel que souhaités par les Français lors de l'élection présidentielle.

Les scrutins nationaux qui viennent de se succéder ont démontré que nos formations politiques (LR-UDI) n'ont pas été en mesure de proposer un projet capable de réunir une majorité de Français.

Nos formations doivent désormais reconnaître que nous devons construire, avec nos concitoyens, un projet permettant d'allier l'efficacité économique à la nécessaire solidarité sociale qui ne peut se résumer à la pérennisation de l'assistanat tel que nous le connaissons après trente années de dérives.

Nous devons avoir le courage politique de tirer les enseignements de ces échecs cuisants en renouvelant aussi les hommes et les femmes qui se soumettront au suffrage universel lors des prochains scrutins. Nous ne pouvons plus continuer avec des personnes considérant que leur candidature est un dû et qui sont incapables de représenter la réalité de la société française.

Au-delà des clivages partisans, dans un esprit de rassemblement de tous les Stéphanois j'entends poursuivre mon travail quotidien au service de tous les habitants. J'apporterai ma contribution constructive au débat politique national chaque fois que les intérêts de notre ville et de son agglomération seront en jeu.

Je continuerai aussi à me battre, sans relâche, pour la défense des valeurs humanistes et sociales de notre République afin qu'elles puissent continuer à former le socle de notre réflexion politique et des propositions qui en découleront ».

Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne, président de Saint-Étienne Métropole

« Les Français, à l’occasion de ce second tour des élections législatives, ont décidé de donner à Emmanuel Macron une majorité à l’Assemblée nationale pour lui permettre de mettre en œuvre le programme de la République en Marche. Avec un total de députés élus situé au-delà de 360 sièges pour l’alliance LREM-Modem, c’est une victoire très nette pour le mouvement dont je suis le référent dans la Loire.

Bien sûr, cette victoire qui conforte de gouvernement d’Edouard Philippe ne peut pas nous faire oublier le taux d’abstention record qui caractérise cette élection. Une majorité très nette de Français n’est pas allée aux urnes. Cela nous oblige à l’humilité et à un sens accru de nos responsabilités : il nous faut avant tout réconcilier nos concitoyens avec la chose politique, répondre à leurs attentes et aux causes multiples de leur mécontentement. Cette abstention peut s’expliquer par plusieurs phénomènes : la lassitude des électeurs après deux campagnes successives dont la première s’est étalée sur presque une année ; l’annonce prématurée d’un « tsunami » LREM-Modem qui dans une certaine mesure ne s’est pas avéré ; le discours ambiant sur le risque d’un parti unique, quand les institutions de la République sont pourtant restées inchangées depuis quelque soixante années.

Dans notre département, quatre de nos candidats ont remporté une victoire, parfois large, comme Jean-Michel Mis, d’autres fois beaucoup plus serrée. Deux de nos candidats, Magalie Viallon et David Kauffer, ont échoué de justesse face à des adversaires bien installés et fortement impliqués : Régis Juanico et Dino Cinieri. Un résultat globalement satisfaisant mais, là aussi, moins éclatant que nous n’aurions pu l’espérer au regard des espoirs immenses du premier tour et des annonces démesurées des instituts de sondage.

Je félicite nos quatre candidats élus et je remercie celles et ceux qui se sont déplacés et en particulier ceux qui ont accordé leur vote à un candidat de notre mouvement. Les résultats de ce second tour, aussi bons soient-ils, doivent nous inviter à l’humilité, à la responsabilité, à la détermination et à l’engagement pour relever les grands défis de ces cinq prochaines années. La faible participation doit plus que jamais nous inviter à poursuivre nos efforts pour renforcer l’engagement citoyen qui est au cœur du projet de La République En Marche ! Un travail immense attend nos élus qui devront d’abord faire preuve d’efficacité et engranger de rapides résultats pour conforter nos concitoyens et rallier les Français à l’exercice démocratique.

Nos élus et nous-mêmes travaillerons dans un esprit d’écoute, de dialogue et de respect de toutes les sensibilités. Notre mouvement, qui tiendra mi-juillet un congrès fondateur pour son avenir, poursuivra sa route dans l’esprit bienveillant et inclusif qui le caractérise depuis le début. Il sera une force de proposition au plan national comme au plan local et un partenaire affirmé de toutes celles et tous ceux, quelle que soit leur appartenance, qui se situent dans le camp du progressisme. »

Christian Soleil

"Nous achevons ce dimanche soir une très longue séquence électorale présidentielle et législative, de près d'un an.

Comme cela était prévisible, la vague "en marche" a déferlé dans notre département même si ce n'est pas, heureusement, le "grand chelem" annoncé.

Je me réjouis de la réélection méritée de notre Ami Dino Cinieri. Il sera le seul représentant ligérien de la droite et du centre au Palais Bourbon. Nous savons pouvoir compter sur lui.

Je suis triste pour les sortants François Rochebloine et Paul Salen. Leurs défaites sont injustes. Ils peuvent être fiers de leur travail. Ils n'ont pas démérité, loin de là. Clotilde Robin a aussi toute notre admiration pour s'être bien battue.

Dans la 1ère circonscription, Régis Juanico confirme sa forte implantation et il trouve ainsi la récompense de son travail, ce qui est tellement rare par les temps qui courent.

N'oublions pas l'abstention record qui a contribué à ce résultat, ce qui est triste et doit aussi nous interroger.

Ces élections ont aussi démontré la vitale obligation pour nos familles politiques, de réfléchir sérieusement sur leur avenir et de se reconstruire.

Avec les Amis des Républicains et au sein de l'UDI, je prendrai toute ma part dans ce chantier qui s'ouvre à nous et qui nécessitera beaucoup d'énergie."

Gilles Artigues, premier adjoint au maire de Saint-Etienne et président départemental de l'UDI

«  Je suis très satisfait du résultat de ce second tour des législatives, inédit à bien des égards.

La République en Marche arrive largement en tête et cumule plus de députés que les partis historiques de droite et de gauche réunis. Le MoDem, dix ans après sa création, voit enfin l'arrivée d'un groupe à l'Assemblée Nationale fort de 42 députés.

Emmanuel Macron tient encore un de ses engagements : 224 femmes représenteront la Nation pour la première fois de notre histoire, dans un Parlement rajeuni et fortement renouvelé.

C'est aussi le soulagement de voir le fort recul du Front National depuis le second tour de la présidentielle. Non, l'extrême droite n'est pas le premier parti de France et les Français témoignent ainsi .leur attachement au pacte républicain.

Cependant l'abstention record nous oblige à l'humilité. Elle impose de revoir la manière dont les partis sollicitent le suffrage de nos concitoyens après une séquence électorale qui a duré plus d'un an à cause des primaires.

Dans la Loire, je tiens à féliciter chaleureusement nos quatre députés victorieux qui font désormais partie de la majorité présidentielle. Une lourde charge les attend. Mais leur dévouement et leur investissement seront sans faille pour défendre la Loire et améliorer le quotidien de ses habitants. Je sais aussi pouvoir compter sur Jean-Michel Mis afin d'apporter les solutions nationales aux dossiers portés par Gaël Perdreau à Saint-Étienne. Les récents événements dans le quartier de la Marandinière montre qu'il y a urgence.

Je tiens enfin à saluer les victoires de Dino Cinieri (LR) et Régis Juanico (PS). Elle atteste que la constance des idées, l'assiduité à l'Assemblée et le présence perpétuelle auprès de nos concitoyens portent leurs fruits. »

Samy Kefi-Jérôme, président du MoDem Loire