Sunday, May 19, 2024
 
La connaissance de l'état et de l'évolution de la flore sauvage est l'une des missions confiées au Conservatoire botanique national du Massif central (CBNMC). Il couvre un territoire de dix départements répartis sur les régions Auvergne, Limousin et Rhône-Alpes: l'Allier, l'Ardèche, le Cantal, la Corrèze, la Creuse, la Haute-Loire, la Haute-Vienne, la Loire, le Puy-de-Dôme et le Rhône. L'ouvrage Plantes sauvages de la Loire et du Rhône Atlas de la flore vasculaire est le fruit d'un inventaire réalisé de 2005 à 2007 dans les deux départements. D'autres inventaires ont été réalisés, concernant l'Auvergne (2001 - 2005), l'Ardèche (achevé en 2010) et le Limousin (2011 - 2014). Un travail faramineux !
 
Pour réaliser cet atlas, toutes les données floristiques, du XVIIIe siècle à nos jours, ont été utilisées, par exemple l'inventaire de la flore du Forez d'Antoine Legrand en 1872. Ce sont au total 742 000 informations floristiques* qui ont été mobilisées pour sa réalisation, dont 650 000 données récentes, de 1995 à aujourd'hui, parmi lesquelles celles de l'inventaire de 2005-2007. Le territoire a été maillé en parcelles de 25 km carrés passées au crible par les botanistes trois fois dans l'année, au printemps, en été et en automne. 90 botanistes ont été mobilisés, dont ceux de la Société de Sciences naturelles Loire-Forez de Saint-Etienne."
 
Il apparaît que 140 espèces n'ont pas été revues depuis 1995 sur le territoire de Loire et Rhône", précise Stéphane Perera, chargé de communication et de médiation scientifique au CBNMC. Par exemple, l'Aspérule des Champs, une espèce messicole.
Le livre (760 pages, 2100 photographies !) référence ainsi 2220 plantes différentes, présentées de manière détaillée. Noter que 75% de la flore est commune aux deux départements. 240 espèces sont présentes uniquement dans la Loire, en grande majorité des espèces montagnardes et subalpines. 190 ne sont présentes que dans le département voisin.
 
Prenons par exemple l'Anacamptide à  fleurs lâches. Elle est représentée sur une photographie. Sont mentionnés ses noms (scientifique, synonyme, vernaculaire), sa famille, ses cycles de vie,  la date de floraison, le milieu occupé (habitat), l'état de conservation, son degré de rareté, son statut de protection, sa répartition nationale et locale. Une carte indique sa répartition géographique et  précise ses localisations au regards des données historiques (avant 1960), anciennes (1960 - 1995) et récentes (après 1995).
 
Près de cent articles sont consacrés à  un thème spécifique. Il peut s'agir d'une notice biographique, d'un focus sur une réserve naturelle régionale, la description d'une particularité végétale, la carnivorité par exemple, etc.
 
Le livre est vendu 59 euros.
 
 * 5 millions sur l'ensemble du Massif