Saturday, October 24, 2020

Article publié en 2011. Il ne tient pas compte du dernier logo en date, adopté en 2015.

 

" Souvent me souviens". Cela aurait pu être un titre pour ce petit article. Il s'agit de la devise, en français, d'un collège constitutif d'on ne sait plus quelle université anglo-saxonne. C'est que, de passage à  l'Hôtel de Ville où une exposition retraçait l'histoire de l'Université Jean Monnet, nous avons découvert, un brin amusé, son premier logo. En fait de logo, il s'agit d'une composition héraldique originale. Un brin amusé car l'image évoque quelque blason d'une "ancient university". Et si des universités françaises ont une histoire séculaire, chacun sait que ce n'est pas (encore) le cas de l'Université Jean Monnet. Pour comprendre cette succession de logos, nous avons sollicité l'aide de Jean-Luc Foury, ancien étudiant en Histoire à  l'UJM, aujourd'hui son Directeur de la communication. Nous avons également puisé quelques compléments d'informations dans le récent et passionnant ouvrage "La force de la Volonté".

 

Jean-Luc Foury nous apprend que le premier logo a été réalisé par l'artiste Mireille Imbert (héraldiste, Paris) au début des années 1970, à  la demande de Pierre-Roger Gaussin. Le Premier Président de l'Université (1970 à  1974), natif de Lyon, était historien, plus précisément médiéviste. Les armoiries et leur symbolique appartenaient donc à  son univers scientifique. Directeur du Collège Littéraire Universitaire (1965) il avait également pris en 1967 la direction du Centre d'Etudes Foréziennes, l'ancêtre de l'Institut des Etudes Régionales et des Patrimoines. Cette belle composition est encore utilisée pour les grandes occasions. Pour les cérémonie de remise du titre Docteur Honoris Causa par exemple.

 

Ce logo est composé de quatre blasons inscrits dans un cercle doré. Cette composition originale est un syncrétisme des blasons marquants de l'environnement de la toute jeune université. Celui de la ville de Saint-Etienne trône en son centre, avec ses ornements s'il vous plaît, la couronne murale notamment. Il est entouré de ceux de Roanne et d'Annonay, du Forez et du Velay. L'université entend sans doute ainsi signifier qu'elle se met au service de sa région tout en marquant son territoire. " Sur un plan plus politique, sans doute a-t-il voulu également donner à  cette université qui en manquait, puisqu'elle venait d'être créée, un cachet ancien qui la rattachait directement à  la grande tradition de l'Université médiévale", écrit Jean-Luc Foury. Quant au fond de couleur noire, de sable en langage héraldique, peut-être pouvons-nous y voir une allusion à  la cité industrieuse, qui vit éclore son université après un longue marche en terrain miné. C'est cette épopée, écrite par des "bâtisseurs de cathédrales", que retrace l'ouvrage de Jacqueline Bayon.

 

Jean-Luc Foury: " Toutefois, au fil du temps, ce blason est apparu de plus en plus décalé par rapport à  l'ambition affichée constamment par l'Université de Saint-Etienne: épouser les valeurs de son temps et préparer l'avenir. Le côté désuet, voire passéiste, bien que prestigieux, du blason collait mal à  cette volonté de modernité. "

 

 

Le premier vrai logo est né sous la présidence de Claude Longeon (1982 à  1987). En 1986, il offre à  l'Université une communication moderne en faisant appel à  l'agence IPG (Imprimerie Pierre Guichard): un logo massif, ordonné autour d'un énorme U traversé par un éclair. " Tellement en rupture avec ce qui le précédait que ses adversaires le décriront comme "brut de décoffrage", se souvient Jean-Luc Foury. Mais un logo redoutablement efficace. Ses couleurs (vert et jaune) ne passent pas inaperçues. Sa forme trappue est visible de loin. La symbolique est là  aussi évidente: le Vert est, par définition et pour toujours, la couleur de Saint-Etienne, celle que tous les Stéphanois et tous les non-Stéphanois associent spontanément à  cette Ville.

 

En 1989, sous le mandat de Benoît Lauras (Président de 1987 à  1992), l'Université adopte le nom de Jean Monnet et intègre naturellement son héros éponyme dans son logo, en faisant évoluer ce dernier, toujours en collaboration avec IPG. Du coup, en hommage au Père de l'Europe, et pour afficher sa nouvelle ambition internationale, elle troque le vert pour le bleu, et se met ainsi aux couleurs du drapeau européen: bleu et jaune. Qui sont aussi, ça tombe bien, parmi les couleurs héraldiques de Saint-Etienne. La Ville apparaît encore astucieusement comme une signature, façon de bien faire comprendre que cette université n'est pas seulement "à " Saint-Etienne, mais qu'elle est "de" Saint-Etienne, qu'elle est l'émanation de la Ville et qu'elle en devient son porte-drapeau.

 

 

Toutefois ce logo présente un inconvénient, qui apparaîtra au fil du temps: il est trop étiré en longueur, ce qui rend son usage malcommode, en particulier lorsqu'il doit être associé à  d'autres. Si le précédent était "brut de décoffrage", celui-ci apparaît "fluet" !

 

 

 

Le logo suivant naquit en 2003, sous le mandat de Robert Fouquet (2002-2007). Pour le coup, changement de méthode: un grand concours est lancé; les propositions affluent et une grande consultation sur les différents projets aboutit à  un vote électronique. Y participent tous les membres de la communauté universitaire, étudiants compris. Et c'est le projet d'un jeune graphiste prometteur, Laurent Sanchez, qui est plébiscité. C'est encore le directeur de la communication de l'Université qui nous en livre les clés: " Ce logo, articulé dans la représentation symbolique de l'amphithéâtre classique (le demi-cercle) où le carré symbolise la chaîre du professeur, d'une parfaite lisibilité et d'une grande élégance, est un jeu de lignes équilibré où l 'assemblage de courbes et de droites évoque à  la fois la féminité et la masculinité. Sous l'ombrelle protectrice de l'Université, l'Alma Mater (la mère nourricière) pour reprendre le qualificatif classique qu'on lui attribue, Jean Monnet se trouve solidement posé, institutionnellement positionné, sur le socle solide, inébranlable que constitue Saint-Etienne.

 

Ainsi, au delà  des évolutions et des modes, la présence incontournable et forte de Saint-Etienne est la constante fondamentale de l'image que l'Université a souhaité donner d'elle-même, témoignant de son attachement indéfectible à  cette Ville qui lui a tant donné et à  laquelle elle donne tant en retour."