Wednesday, December 13, 2017

L'église grecque orthodoxe est située au 51 rue de la Jomayère. Quand sa première pierre fut posée, le 30 novembre 1930, un millier de Grecs vivaient dans les grands centres industriels de la région stéphanoise: Terrenoire, Firminy, La Ricamarie, Le Chambon-Feugerolles...

En 1930, un pope, M. Photios, vivait à  Saint-Etienne mais le seul lieu de culte était alors situé au Brûlé, à  La Ricamarie. C'était une modeste maison transformée en chapelle, offerte à  la communauté grecque dans les années 1920 par la mairie ou par la compagnie des Houillères de Montrambert. La cérémonie du 30 novembre fut présidée par Mgr Germanos, métropolite de Thyateira, exarque pour l'Europe occidentale et du nord, résidant à  Londres.

grecdx

Nous devons à  A. de Compagny des Bordes, de connaître le déroulement de la journée. Son article publié en janvier 1931 dans La Région Illustrée dresse d'abord le portrait de Mgr Germanos: yeux vifs et malicieux, courte barbe blanchissante, corpulent et robuste. Ses études l'ont mené de Constantinople à  Leipzig, Strasbourg, Lausanne. Docteur en philosophie, directeur de l'Ecole de théologie de Halki, il est consacré archevêque de Seleucte en 1912 et dix ans plus tard métropolite de Thyateira. A. de Compagny des Bordes précise qu'il participa au traité de Lausanne et siégea à  la Société des Nations. Le traité de Lausanne, en 1923, faisait suite à  la défaite militaire de la Grèce face à  la Turquie et rendait obligatoire l'échange de populations entre Turcs de Grèce et Grecs de Turquie. C'est dans les années suivantes que le nombre de Grecs dans la région stéphanoise culmina, faisant de la Loire, pour un temps, le 3e département d'accueil de populations grecques, après la Seine et les Bouches-du-Rhône.

grectrs

C'est à  La Ricamarie que débutèrent les cérémonies. Mais d'abord une description de la chapelle: " La maison, non crépie, noirâtre, dans un pré, desservie par un étroit chemin herbeux, ne donne, que par une croix de bois blanc, l'indication de sa destination." La messe est célébrée dans la salle basse en présence du Consul de Grèce, à  Saint-Etienne, Jean Gaucher - le consulat, créé en 1923 était alors situé au 12, rue des Creuses - et plusieurs popes dont MM. Cabinikos, de Grenoble, et Evlambios, de Pont-de-Chéruy. La salle a de rares fenêtres mais des lustres prodiguent la clarté de mille cierges. Une cloison de bois sépare le sanctuaire de la foule. Les parois sont garnies d'icones rutilantes. Chacun des saints et des saintes a un nimbe d'or et une profusion de fleurs. "Les vêtements sacerdotaux du prélat (Mgr Germanos, ndlr) sont d'une richesse orientale, écrit le journaliste. Une lourde mitre d'or couvre sa tête. Son baton pastoral se termine par deux hydres d'or stylisées. De temps à  autre, quittant l'autel pour s'avancer à  la porte du sanctuaire, l'exarque présente aux fidèles une croix constellée. L'encens brûle près du tabernacle."

grecun

Ensuite, direction Saint-Etienne, dans le quartier de Bellevue où s'élèvera l'église, sur un terrain acheté aux Hospices civils, en bordure de la rue de Firminy. Le maire de Saint-Etienne, Antoine Durafour, y accueille Mgr Germanos. Sont également présents MM. Mesphystos, consul de Grèce à  Lyon; Manganas, président de la colonie grecque stéphanoise, de nombreuses délégations héllènes de la région lyonnaise, le vice-consul d'Italie; le chargé d'affaires de Pologne; le chef de cabinet du Préfet de la Loire...

greccq
La première pierre

" Mgr Germanos prononça les prières rituelles. Puis les popes aspergèrent d'eau bénite le terrain. Le drapeau grec flottait près des fondations esquissées. Mr Jean Gaucher, consul, prononça ensuite une courte allocution. Il remercia les autorités civiles, et assura l'exarque d'un concours qui ne se démentirait point. M.Manganas, à  son tour, parla de la Grèce et de la France. Tous ces discours avaient la douceur du miel de l'Hymette. Un poème de Vigny, Simétha, me revenait à  la mémoire, car tous ces Hellènes se rappelaient que la Grèce était leur mère. Ils n'oubliaient ni l'Attique aux bords mélodieux, ni les bois odorants, berceaux des demi-dieux, et les choeurs cadencés dans les molles prairies.

grecqt
Un pope de passage

grecsept
Les membres du consulat et de la colonie grecque de Saint-Etienne avec Mgr Germanos

Le discours du maire assura que Saint-Etienne était pour les étrangers la ville la plus hospitalière du monde; que la France toute entière, aussi, était accueillante et savait respecter les cultes. Le métropolite, ensuite, frappa quatre coups de marteau sur un large moellon qu'on venait de cimenter. Le consul répéta ce geste. La cérémonie était finie."


Mais le chantier, lui, devait s'éterniser. L'église de la Sainte-Trinité ne fut achevée qu'en... 1951. Deux ans après la pose de la première pierre, Mgr Germanos délégua à  Saint-Etienne Mgr Modestos Armacollas pour y réorganiser les communautés grecques dispersées (photo ci-dessous, non signée). Il était originaire de l'île de Thinos. Il pronça ses voeux en Terre Sainte, en la chapelle du Mont Sinai, en 1919. Consacré diacre cette même année en l'église de Saint-Démétrios (Le Caire), il séjourna ensuite deux ans au Soudan puis revint à  Jérusalem, comme diacre au Saint-Sépulcre. Ordonné archimandrite puis prêtre par le patriarche, il rejoignit ensuite le couvent de Sifnos où il remplaça le supérieur en poste à  sa mort en 1924. Il passa ensuite par Rome et Marseille. Nous devons ces renseignement à  un article de E.F. publié en 1932.


grechuit

La "maison grecque", construite en 1980 à  côté de l'église tient lieu de salle paroissiale et accueille l'Association cultuelle et culturelle orthodoxe grecque de Saint-Etienne, créée vers 1930. Rappelons que la Ville de Saint-Etienne est jumelée depuis 1990 avec la ville de Patras. Le Père Constantin Krassakis conduit aux destinée de la paroisse depuis 1972.

Pour en savoir + consulter aussi le n° 222 (juin 2006) du bulletin des Amis du Vieux Saint-Etienne
Photos couleurs: FI
N/B: La Région Illustrée

grecsix