Saturday, October 31, 2020

La préoccupation dominante du moment est celle des étrennes car l'année 1912 est sur son déclin et il va falloir accompagner les souhaits de bonheur d'un cadeau dont le choix est d'une importance capitale.

 Les magasins où s'entasse tout ce qui peut s'offrir reçoivent dès maintenant de nombreuses visites. En chroniqueur soucieux de renseigner [nos nombreux lecteurs], nous en avons fait autant et nos pérégrinations nous ont fatalement amené vers le colossal et somptueux monument de la rue Gambetta, où s'entasse tout ce qui peut faire envie, tout ce qui peut être utile, tout ce qu'on se propose d'avoir et tout ce qu'on se propose de donner. Nous avons nommé Les Nouvelles Galeries.

C'est par le premier étage que nous avons, guidé par les chefs de rayons, commencé notre visite. Là , le jouet règne en maître, s'étale avec une telle profusion, que l'oeil en est ébloui et une description semble au premier abord assez difficile, mais c'est pourtant là  que nous devrons en arriver.

 

 

La galanterie nous oblige à  donner les prémices de notre description à  Mlles les poupées. Il y en a de toutes sortes, riches ou simplettes, aux yeux d'émail ou de verre, à  la toilette étincelante ou à  la robe modeste, les incassables à  29 sous, ou les belles à  29 francs. Il en est des variétés sans nombre et des accumulations. Cette année, la poupée est en progrès: un plus grand soucis de l'esthétique semble avoir présidé à  sa confection, la figure est plus humaine; nous avons surtout remarqué un bébé d'un réalisme ravissant, si les deux mots peuvent s'accoler. Les petites mamans de ces demoiselles pourront leur constituer un intérieur modeste ou luxueux, à  leurs choix ou suivant leurs moyens, car elles trouveront un peu plus loin un assortiment considérable de ravissants petits ameublements: chambres à  coucher avec armoire à  glace, salles à  manger avec buffet, cuisines avec fourneaux, chaises, fauteuils, etc.

 

 

Les fillettes à  aspiration sérieuse trouveront de quoi satisfaire amplement leur goût utilitaire: un choix considérable de coquets métiers à  broderie, boîtes à  ouvrages, nécessaires et jusqu'à  de mignonnes machines à  coudre qui, malgré la modicité de leur prix, 1 fr. 95, exécutent parfaitement des travaux de couture.

 

Si la poupée est surtout et par dessus tout le jouet de la petite fille, celui du garçon est plus varié, plus capricieux; à  peine debout sur ses jambes, le bambin affirme ses tendances de domination, il faut que l'ingéniosité humaine se mette au service de son goût capricieux; une seule forme de jouet ne lui suffit pas; à  peine un jouet est-il né qu'il en réclame un autre. Les rayons de jouets des Nouvelles Galeries sont suffisamment fournis pour satisfaire aux exigences de nos gentils tyranneaux, et ils n'auront que l'embarras du choix.

Les instincts guerriers trouveront aliment dans l'immense approvisionnement de tambours, fusils, panoplies comportant toutes les tenues de l'Armée française, même celle avec la "Bourguignotte", simples soldats ou officiers, et cela depuis 1 fr. 45, chevaux mécaniques ou recouverts de vraies peaux.

Que de convoitises satisfaites, que de bonheur à  bon marché !

 

 

Cependant, le jouet classique, annuel, inévitable, n'a pour le visiteur qu'une sorte d' attrait rétrospectif; ce qu'il veut, c'est le jouet nouveau, l'amusement de l'année. L'ingéniosité des constructeurs se consacre à  la satisfaction de cette exigence. Deux nouveautés nous sont signalées: le joueur de billard automatique et la cible où l'atteinte du but provoque le cri ou le chant de l'animal ou de l'oiseau but de l'une ou l'autre de ces cibles. Ces deux jouets, qui sont d'un prix modeste, feront certainement fureur. L'aéroplane continue à  tenir une large place; il en est de toutes les dimensions, de tous les modèles et de tous les prix. Pour 1 fr. 45, on peut avoir son dirigeable ou son aéro.

Un autre jouet est appelé à  avoir beaucoup de succès, surtout du côté des parents. C'est la poupée en peluche, d'une solidité à  toute épreuve. La série des jouets est considérable et d'une multiplicité de modèles qui confond vraiment l'esprit, et tout cela d'une modicité de prix extraordinaire et, chose appréciable, de fabrication française, détail sur lequel insiste le chef de rayon, qui nous énumère ces merveilles d'ingéniosité.

 

Pour les garçonnets sérieux, et même pour les adultes, voici le rayon des jouets à  tendance scientifique: moteurs de tous les modèles d'un fonctionnement très régulier et disposés de façon à  actionner un outillage complet: tours, scies circulaires et à  rubans, marteaux-pilons, pompe, en un mot à  réaliser la constitution complète d'un atelier en miniature; locomotives à  boggie permettant une disposition ovale des rails et l'emprunt des croisements, gares, tunnels, lampadaires, disques, etc., dynamos et moteurs électriques automobiles de tous modèles, lampes à  projection simple, cinématographes, etc.

 

Nous terminerons cette nomenclature qu'on pourrait indéfiniment allonger, en signalant les pianos à  douze notes, accordéons, harpes, mandolines, instruments de cuivre, harpes, théâtres guignol avec costumes du Guignol lyonnais, jeux de petits chevaux avec tapis, jeux de ludge, jeux de quilles comiques, boîtes à  soldats, et enfin un jouet des plus sérieux et nouveau, le "Mécano", constitué par une série de petites pièces métalliques à  l'aide desquelles on peut réaliser divers modèles de construction.

 

Les grandes personnes sont, autant que les petits et les adolescents, sensibles aux cadeaux qui, dit-on, entretiennent l'amitié. L'étrenne utile est représentée aux Nouvelles Galeries sous toutes ses formes, sous les aspects les plus divers. C'est l'ameublement, depuis les pièces les plus modestes jusqu'aux somptueux salons; les articles de voyage, la bijouterie, la ganterie, la librairie, la cristallerie, la tabletterie, l'orfèvrerie, la parfumerie, les bronzes d'art et bien d'autres choses encore qu'une visite à  travers ce palais des merveilles nous fait oublier.

Mentionnons cependant les nouveaux gramophones Pathé, dont la puissante tonalité et la remarquable précision font un instrument qui ne saurait déshonorer les salons où se réunissent les vrais amateurs de musique.

 

Et lorsque nous aurons dit que tous les acheteurs reçoivent le meilleur accueil du personnel, que tous les achats, aussi importants fussent-ils, sont livrés, à  Saint-Etienne, le jour même et dans un délai très court, grâce à  un service d'automobiles fonctionnant régulièrement, nous arrêterons cette énumération: énumération qui ne vaudra jamais la visite que nos lecteurs, imitant notre exemple, feront à  ces féeriques Nouvelles Galeries.

__

NDLR: cet article, ou publi-reportage, a été publié dans le journal Le Mémorial de la Loire, édition du 22 décembre 1912. Sans nom d'auteur, il est intégralement reproduit ici, nonobstant le nom du quotidien, remplacé dans le texte.

 

Dix mois plus tard, le magasin transformé était inauguré. A lire la revue Forez Auvergne Vivarais, numéro 158, il n'y avait alors pas de grand magasin, à  Lyon ou à  Paris, avec lequel Les Nouvelles Galeries ne pouvaient soutenir la comparaison. Les clients avaient à  disposition un ascenseur et une cabine téléphonique. Son Salon de la Mode avait été dessiné par Lamaizière fils. Son directeur était en 1913 un monsieur Dubosq. La ruche comptait non seulement des vendeurs et vendeuses mais aussi des modistes, des couturiers et des ébénistes.